Il pleut sur Knokke-le-Zoute


Quand vous publiez sur les réseaux sociaux, vous le faites pour être lus par vos amis, commentés, likés... Parfois vous préfèreriez que cela ne soit pas le cas.

Quand nous nous sommes séparés avec Lucia, je l’ai gardée comme « amie » sur Facebook. Je ne pensais pas la revoir : elle avait très modérément apprécié de découvrir que j’avais une liaison. La liaison en question, Sally, m’a bien conseillé : « Unfriend-la », c’est-à-dire « retire-la de ta liste d’amis ». Cette action me semblait marquer inutilement au fer rouge notre histoire commune. Je ne l’ai pas fait et j’ai eu tort.
La semaine suivante, mon ex likait discrètement une photo que j’avais postée. La suivante deux. Puis elle se mis à liker quasi systématiquement tout ce que je postais, et à introduire des commentaires : très belle cette expo ; comme toi, je n’ai rien compris au film ; ça ressemble au Flot Bleu, notre resto préféré…
Une série de « J’aime pas », je l’aurais retirée de mes amis et fin de l’histoire. Mais une salve de « J’aime » ? On fait quoi ?
Sally a fini par en prendre ombrage. « Tu continues à la voir ? », m’a-t-elle demandé à plusieurs reprises. Je répétais que je n’avais plus vu Lucia depuis notre rupture. Sally ne m’a pas cru. J’avais menti à Lucia, je pouvais lui mentir à elle aussi.
Ce qui l’inquiétait : « J’ai l’air de quoi ? ». Mais tu n’as l’air de rien doudou ; personne ne regarde les posts de Lucia. Tout le monde s’en fout.
Sally se mit à surveiller sur FB Lucia, qui était restée son amie.
Le mardi suivant, mon ex postait : « soirée sympa à L’aérosol avec Axel. Ambiance et musique trop cool. Comme au bon vieux temps ». J’ai eu beau affirmer qu’il s’agissait d’un autre Axel ou que Lucia mentait. Le mardi était ma soirée « jeu vidéo » avec des potes, des types – je cite Sally – qui raconteraient n’importe quoi pour cover your ass. En français, « couvrir ton cul ».
Grosse crise.
Et puis je suis allé passer un weekend à Knokke-le-Zoute, avec des copains, sans elle qui avait du travail. J’ai posté une photo de la plage. Quelques minutes après moi, Sally postait une photo de la même plage.  
Quand je suis rentré à Paris, je suis passé chez Lucia. Les quelques affaires que j’avais laissées chez elles m’attendaient sur son palier dans un carton.
Il ne me restait plus qu’à rentrer chez moi, le cœur en déroute, et la bitte sous l'bras.
J’ai gardé Lucia comme amie Facebook. De toute façon, c’était trop tard, elle avait gagné. Quelques temps après, elle a raté un virage dans les Alpes. Elle est morte des suites de ses blessures. J’avais survécu à celles qu’elle m’avait infligées.  
La semaine suivante, Lucia likait discrètement une photo que j’avais postée. La suivante deux. Puis elle se mis à liker quasi systématiquement tout ce que je postais, et à introduire des commentaires : ça ressemble au Flot Bleu…
Un vivant, vous le retirez de vos amis et fin de l’histoire. Mais une morte ? Vous faites quoi ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire